• CO-INVEST

SCPI de besoin, différences et atouts

À l'origine axées sur l'immobilier de commerce ou les bureaux, les SCPI sont aujourd’hui ouvertes à d'autres classes d'actifs. Ces SCPI de besoins, sont souvent aussi appelées SCPI thématiques, car elles investissent principalement sur un secteur bien identifié (comme par exemple la santé avec des EPHAD, cliniques ; l’éducation avec des crèches ou encore les logements étudiants).


Mais alors, quelles sont les différences et les atouts que l’on va pouvoir retrouver vis-à-vis d’une SCPI plus «classique» ?


Les différences


Pour mieux vous familiariser avec la pierre papier, une SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) est un placement d'épargne sécurisé qui permet d'obtenir de nombreux avantages. Lorsque vous investissez dans une SCPI, vous détenez alors de l'immobilier sous forme de parts et non pas de l'immobilier direct. Cet investissement est alors géré par une société de gestion. En fait, l'investisseur possède des parts, qui vont être la représentation de sa quote-part dans le parc immobilier que possède la société de gestion. Il bénéficie donc d'un prorata des loyers versés, permettant une très forte mutualisation du risque locatif qui se retrouve alors dilué parmi un grand nombre de locataires. Concernant les SCPI de rendement dite « classique », les plus connues, la spécificité du parc est qu'il est composé d'immobilier professionnel (bureaux, commerces, entrepôts).


L’épargne immobilière en SCPI de besoins, quant à elle, va se distinguer par sa diversité, son rendement, son potentiel sur le long terme, mais également (et c’est d’ailleurs ce point qui fait toute la différence en ce moment) son insensibilité aux cycles économiques.


En effet, le secteur de l’immobilier tertiaire et notamment les SCPI de rendement ont connu une année 2020 pour le moins particulière. Confinement, couvre-feu, télétravail ou encore fermeture des commerces ne font pas très bon ménage avec les SCPI de commerces par exemple. Ces SCPI ne vont malheureusement pas sortir totalement indemnes de cette crise sanitaire. C’est donc à ce moment précis que les SCPI de besoin sortent leur épingle du jeu.


Les atouts


En prenant en compte l’allongement de la durée de vie, le vieillissement et l’augmentation de la population en France et en Europe, les SCPI de besoin apparaissent comme une réponse spécifique pour faire face aux besoins croissants de la société en matière d’équipements immobiliers dans les secteurs de la santé et de l’éducation, par exemple. Les perspectives de croissance économique ont peu d’impact sur la valeur de ces actifs. Pour vous donner un exemple, la crise du coronavirus a beaucoup impacté le tourisme en France. Ainsi, les SCPI qui investissaient dans les hôtels ont connu de grosses difficultés en 2020. Alors que les SCPI spécialisées dans les cliniques, par exemple, on quant à elle connues aucune modification, car il y a toujours autant ce besoin de se faire soigner…


Cet aspect acyclique amène à un deuxième atout : des rendements stables. En effet, les SCPI de besoins sont faites pour être durables et pérennes, et mise sur l’avenir avant tout. Prenons l’exemple de la SCPI Primovie, qui investit principalement dans des actifs immobiliers liés aux secteurs de la santé et de l’éducation. Plus concrètement, la société achète des crèches, des centres de formations, de soins, des résidences seniors, des EHPAD et des résidences étudiantes. Le groupe va se montrer très régulier en matière de dividendes avec un rendement autour de 4.5% net.


Ce positionnement sur un secteur tel que la santé va permettre la signature de baux sur de plus longues périodes, ce qui va assurer une grande visibilité sur les loyers à venir, et permettre une plus grande stabilité financière. La SCPI Pierval Santé a par exemple une durée résiduelle sur ses baux de 14 ans.


Finalement, l’investissement dans un secteur tel que celui de la santé ou de l’éducation va permettre de répondre à des besoins utiles et d’y ajouter un caractère responsable, de plus en plus recherché par les investisseurs.



Source : Primonial.com ; latribune.fr ; meilleurescpi.com ; capital.fr