• CO-INVEST

Gestion active / Gestion passive : Que privilégier au deuxième semestre 2021 ?

Lorsqu’il s’agit d’investir en bourse, deux écoles s’opposent : gestion passive et gestion active. A quoi correspondent-elles et laquelle est à privilégier actuellement ?


A première vue on pourrait simplement penser que la gestion passive, c’est ne « rien faire » et la gestion active consiste à « faire quelque chose ». En réalité, ces deux types de gestion sont bien plus complexes !


Qu’est-ce que la gestion passive ?


La gestion « passive », parfois appelée lazy investing, se donne pour objectif de capter la performance des marchés dans leur ensemble. C’est une méthode d’investissement qui consiste à effectuer peu d’arbitrage et à laisser l’investissement fructifier naturellement sur le long terme. En d’autres termes, il s’agit d’investir dans des actifs boursiers de façon passive, comme son nom l’indique.


En fait, la gestion passive suit un indice boursier et a pour objectif de le suivre le mieux possible. On appelle ces fonds qui suivent des indices des trackers. Les fonds qui suivent des indices peuvent être non cotés, ou cotés en bourse, ce sont alors des ETF (Exchange TradedFund). Les avantages de ce type de gestion vont être la diversification du portefeuille (par exemple au sein du CAC40 on va retrouver des entreprises dans tous les secteurs) ; des frais de gestion moins important mais également moins de stress car vous n’avez pas à surveiller constamment votre investissement. Le but de ce type de gestion n’est pas de battre le marché, mais seulement le répliquer fidèlement.


Qu’est-ce que la gestion active ?


La gestion « active »,quant à elle, se donne pour but de battre les marchés, et donc de surperformer. Ainsi, ce style de gestion cherche à acheter des actifs (actions, obligations, etc.) en tentant de choisir ceux qui vont avoir une meilleure performance par rapport aux autres actifs et en achetant au meilleur moment, avec comme objectif de faire mieux que l'indice de référence. Pour réussir, deux stratégies principales vont être utilisées :


  • Le Market Timing : C’est une stratégie d’investissement qui consiste à choisir le moment opportun pour investir. En fait, l’investisseur décide quand il investit et quand il n’investit pas. C’est donc une tentative de prévision de la direction du marché, souvent via des indicateurs techniques ou des données économiques. On peut par exemple penser au trading à haute fréquence, se basant sur l’exploitation d’algorithmes de marché, qui va être l’une des méthodes privilégiées de mise en pratique du Market Timing.

  • Le Stock Picking : C’est une stratégie d'investissement où l'investisseur sélectionne directement les titres qu'il souhaite détenir en portefeuille, en privilégiant certaines actions à d’autres. Il achète alors les entreprises qu’il juge sous-valorisées afin de miser sur leur hausse, mais il peut également vendre à découvert les actions qu’il juge survalorisées afin de miser sur leur baisse. On va retrouver plusieurs approches en termes de Stock Pricing : l’approche Value, l’approche Growth et l’approche sectorielle.

En quoi consiste la gestion Value, Growth et Sectorielle ?

La gestion Value


La philosophie d’investissement dite "Value" est de cibler les titres décotés en bourse, en espérant qu’une revalorisation se produise à moyen terme. Il s’agit donc d’acheter un produit (comme une action par exemple), à un prix inférieur à sa "vraie valeur" en pariant sur le fait que l’anomalie de marché se corrigera progressivement avec le temps. L’investisseur va donc se focaliser sur les sociétés qu'il estime sous-évaluées sur la base de différents critères d'appréciation. Au premier semestre 2021, les actions de BNP Paribas, banque française considérée comme la huitième plus grande banque au monde, ou encore de Kering, groupe français d’envergure mondiale évoluant dans le secteur du luxe, sont considérées comme des actions value.


La gestion Growth


La gestion Growth, également appelée gestion croissance, s'inscrit souvent en bourse en opposition de l'approche "Value". Elle consiste à cibler des titres qui sont qualifiés de valeurs de croissance, c'est-à-dire disposant d'une forte visibilité sur leur activité et d'une belle régularité de leurs performances financières au fil du temps. Voici quelques exemples de secteurs dans lesquels on trouve de nombreuses sociétés growth : technologie, informatique, électronique, énergies nouvelles, etc. Les traders, investisseurs et opérateurs de marché, apprécient particulièrement ce type de gestion, en général. Si l’on constate par exemple l’évolution des GAFAM, ils pèsent actuellement environ un tiers de l’indice boursier NASDAQ Composite !


La gestion sectorielle


Elle consiste à privilégier un groupe d’actions au sein d’un même secteur (santé, robotique, agroalimentaire…). Cette méthode de gestion permet de profiter des opportunités de secteurs de la bourse, après analyse. Les investisseurs vont alors surpondérer ou sous-pondérer certains secteurs, en fonction d’événements macro-économiques ou liés à une actualité particulière : c’est la rotation sectorielle. Les investisseurs partisans de ce type de gestion vont alors privilégier les fonds thématiques. Par exemple, pendant la crise de la Covid, beaucoup d’investisseurs se sont tournés vers le secteur de la santé !


Quelle gestion privilégier pour 2021 ?


Après qu’un vent de panique eut soufflé sur les marchés financiers durant la première partie de 2020 dans le sillage de la crise sanitaire, la fin de l’année dernière a vu naître un regain de confiance en Bourse. Le deuxième semestre 2021 sera marquée par la reprise économique post-Covid, avec la distribution des vaccins qui pourrait favoriser une normalisation progressive des modes de vie et de consommation. Cependant, dans le contexte si incertain que nous vivons actuellement, nous ne sommes pas à l’abri d’un énième confinement par exemple. Ainsi, dans un tel contexte, la capacité à gérer activement des investissements et les risques va continuer de jouer un rôle primordial dans la gestion de l’épargne. Il va falloir anticiper, mais également gérer les imprévus.


Au sein du cabinet CO-INVEST, notre gestion des risques repose d’abord sur une construction de portefeuille adaptée à l’environnement de marché et capable de faire face aux périodes de turbulence. Elle consiste également à gérer de façon active le taux d’exposition aux actions, aux taux d’intérêt et aux devises.


Source : bforbank.com ; abcbourse.com ; epargnant30.fr ; blog.nalo.fr ; carmignac.fr